Connaissez-vous l’atelier des motivations ?

Atelier des motivations, outil du réseau Taranis

En 2 heures, l’atelier des motivations propose aux collectifs citoyens en structuration (mais pas seulement) de passer de l’échelle individuelle (le je) à l’échelle collective (le nous), pour bâtir une vision commune du collectif, partager un socle de valeurs et identifier les forces et compétences en présence.

 

Une réflexion fondatrice

La structuration d’un collectif est une étape primordiale qui ne doit pas être négligée. L’atelier des motivations fait partie des outils permettant d’accompagner cette réflexion fondatrice. Le but est simple : cimenter les individus du groupe moteur pour favoriser l’interconnaissance, identifier les compétences, les valeurs, motivations personnelles et collectives et interroger la dimension humaine de la dynamique locale.

Pendant 2 heures, accompagné par un·e animateur·ice, le groupe laisse de côté préoccupations techniques, juridiques ou financières qui peuvent prendre beaucoup de place. Il s’interroge sur le socle de valeurs communes qui anime la dynamique. Chacun·e est conduit·e à s’exprimer librement sur ses motivations : participer à la vie locale, s’engager pour participer à la transition énergétique, financer des projets d’avenir, etc.

C’est également l’occasion d’identifier ce que chacun·e peut apporter : compétences techniques, informatiques, comptabilité, animation, etc. Rien ne doit être laissé au hasard pour permettre au collectif de se structurer et de définir son cap.

 

Un outil pour donner un second souffle au collectif

Avec le temps et les projets qui passent, certains collectifs peuvent avoir envie de prendre du recul et impulser un second souffle à la dynamique interne du groupe. L’atelier des motivations peut initier cette démarche.

Il peut en effet s’adapter afin de permettre au groupe, dont la composition a par exemple évolué, d’intégrer de nouveaux membres et de leur partager une vision commune, pour identifier le rôle de chacun·e dans cette aventure collective.

L’outil peut également être l’initiateur d’une réflexion sur le fonctionnement interne de l’association et de la coopérative.

 

Atelier des motivations : et après ?

Si l’atelier des motivations peut s’adapter à différentes situations, il reste une animation qui facilite le partage des valeurs portées collectivement. Il est donc indispensable de questionner le collectif :

  • Pourquoi se lance-t-on dans cette démarche ?
  • Quelle finalité attendons-nous ?

L’atelier permet souvent d’aboutir à une charte des valeurs du groupe, un document de communication ou encore une réorganisation interne du groupe. Autant de finalités qui convergent vers une cohésion et une interconnaissance renforcée du noyau moteur du collectif !

 

Les animations du réseau Taranis

Le réseau propose de nombreux outils à ses membres ou aux collectifs émergents, pour faciliter la parole, sensibiliser aux énergies renouvelables citoyennes, dénouer les problématiques :

Energie Mix développé par ECLR
Vivez en accéléré un projet citoyen, un atelier animé notamment au Kreizh Breizh
– Act’EnR
– Et bien d’autres : restez connectés à nos actualités !

Formation : Taranis et Centrales Villageoises s’associent

Formation autoconsommation collective photovoltaïque Taranis Centrales Villageoises à Quimper

En mai et juin 2024, le réseau Taranis et l’association Centrales Villageoises se sont associés pour proposer deux séances de formation, à Quimper puis à Rennes.

Ces deux séances ont été organisées grâce au co-financement de la Région Bretagne.

 

L’autoconsommation collective

Vendredi 3 mai 2024 à Quimper, Étienne Jouin de Centrales Villageoises a formé une quinzaines de participant·es à l’autoconsommation collective. Bénéficiant d’une évolution rapide, le sujet nécessite de se mettre régulièrement à jour. Une formation semblable avait d’ailleurs déjà été proposée en 2023.

 

La mobilisation citoyenne

Le 5 juin 2024 à Rennes, c’est cette fois Juliette Rasse de l’association des Centrales Villageoises qui a proposé avec Animacoop de s’intéresser à la mobilisation citoyenne, et notamment à la façon de structurer un groupe et de le consolider dans le temps. Des postures et méthodes de travail essentielles à maîtriser pour le mouvement breton de l’énergie citoyenne !

 

Formation mobilisation citoyenne avec les Centrales Villageoises à Rennes
© Taranis

 

Les formations du réseau Taranis

Le réseau Taranis organise régulièrement des formations à destination d’un public varié, désireux de développer un projet de production d’énergie renouvelable citoyenne, de se former aux aspects techniques de ces projets ou encore d’apprendre à mobiliser les différents acteurs de son territoire. Ces formations sont notamment accessibles aux :– porteurs de projets (collectifs d’habitant·es, associations, sociétés citoyennes) ;
– élu·es et chargé·es de mission des collectivités territoriales ;
– structures d’accompagnement des projets.

Rendez-vous en septembre 2024 pour découvrir le programme de formation du réseau au deuxième semestre !

L’énergie citoyenne présentée aux agent·es de Dinan

Formation des agent·es de Dinan Agglomération à l'énergie citoyenne

Mercredi 5 juin 2024, le réseau Taranis était convié par le service énergie de Dinan Agglomération à présenter les avantages des projets citoyens d’énergie renouvelable.

 

Une formation interne dédiée à l’énergie renouvelable à Dinan

Taranis intervenait dans le cadre d’une formation interne des agent·es du territoire dinantais, consacrée aux projets d’énergie renouvelable. Le service énergie, organisateur de ce rendez-vous, proposait ainsi à chaque participant·e de monter en compétences sur le sujet afin d’intégrer les EnR à ses missions quotidiennes, notamment dans le cadre du Schéma Directeur des EnR local (SDENR-R).

 

Les bénéfices de l’énergie citoyenne

Le réseau Taranis a ainsi présenté les enjeux des projets citoyens de production d’énergie renouvelable et leurs bénéfices pour une collectivité engagée. Les agent·es ont ainsi découvert :

  • les différentes modèles de projets et les bénéfices économiques pour la collectivité selon les degrés d’implication ;
  • des exemple concrets de projets (différents montages, degrés d’investissement de la collectivité varié) ;
  • les outils à disposition des collectivités pour maximiser les retombées économiques des projets, selon le type de foncier identifié (public ou privé).

Taranis partenaire de Transithons (Pays de Pontivy)

Taranis partenaire du Transithons de Pontivy

Né de l’appel à projet de la Région Bretagne Mobilisons les bretons et les bretonnes autour des transitions, Transithons est un cycle d’animations porté par Triskell Citoyen, le conseil de développement du Pays de Pontivy. Le réseau Taranis est partenaire de cette action, dédiée à l’émergence d’un collectif citoyen sur le territoire.

 

Une thématique, plusieurs supports

Le projet de mobilisation citoyenne Transithons a proposé 6 rendez-vous au printemps 2024 et sur différents territoires : Pontivy, Baud et Locminé. Le public s’est ainsi approprié les enjeux de la transition énergétique, et notamment ceux liés à la production d’énergies renouvelables locales et collectives, grâce à des animations pédagogiques et variées

  • 10 avril 2024
    Émission de Radio Bro Gwened : Comment les citoyens peuvent se réapproprier localement les enjeux énergétiques ?
  • 18 avril 2024
    Ciné-débat | Projection du documentaire We the Power, témoignage avec la coopérative lorientaise OnCIMè puis discussion
  • 23 avril 2024
    Atelier OGRE | Jeu sérieux : 3 heures pour comprendre les enjeux et équilibrer consommation et production
  • 16 mai et 26 juin 2024
    Act’EnR par Taranis | Un atelier pour vivre en accéléré et comprendre les étapes d’un projet d’énergie citoyenne
  • 6 juin 2024
    Ciné-débat | Projection du documentaire We the Power, en partenariat avec le pôle ESS Centre Bretagne

 

Témoignages et passerelles avec les réseaux locaux

Le partenariat avec le pôle ESS Centre Bretagne est un atout de taille pour amplifier la mobilisation locale autour du programme Transithons. L’ancrage local reste en effet un enjeu majeur pour faciliter l’appropriation des sujets. De la même manière, les témoignages permettent d’illustrer la façon dont des dynamiques similaires ont vu le jour sur des territoires voisins. Ainsi, la coopérative du Pays de Lorient OnCIMè a apporté son éclairage sur la manière dont des citoyen·es ont mené une action pour la production énergétique et la sobriété.

 

Quelles suites ?

Transithons est un premier cycle de rendez-vous qui a permis d’identifier un groupe moteur. Après une phase de bilan à l’été 2024, l’objectif sera de réunir les forces vives et de commencer un travail de structuration du collectif, de formation et de recherche de projets.

L’enjeu est également de rapprocher les différentes initiatives émergentes pour mutualiser des temps de montée en compétence et d’interconnaissance. À suivre !

Zoom sur Energ’IV

Logo d'Energ'iV

Energ’iV est la filiale 100 % énergies renouvelables du SDE 35 (Syndicat Départemental d’Énergie de l’Ille-et-Vilaine). Le réseau Taranis vous propose un zoom sur son fonctionnement, son accompagnement, et un des projets menés.

 

Energ’iV dans ses grandes lignes

Energ’iV a été fondée par trois acteurs publics de la transition en Ille-et-Vilaine : le SDE 35, le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine et Rennes Métropole en partenariat avec les actionnaires minoritaires (Banque des territoires, Crédit Mutuel Arkkea, Caisse d’Epagne, Crédit Agricole).

Si l’investissement citoyen n’y est pas obligatoire, Energ’iV s’est néanmoins donné l’objectif de favoriser son implication dans des projets éoliens à dimension citoyenne et locale. Elle a ainsi développé avec ses partenaires locaux, notamment le réseau Taranis, une méthodologie d’accompagnement spécifique qui repose sur la concertation et l’implication des habitant·es.

 

Signature du pacte d'actionnaires le 6 novembre 2023, netre Acyléole, Acigné, le SDE 35 et P&T Technologie.
© Acyléole

Energ’iV lors de la signature du pacte d’actionnaires d’Acyléole en novembre 2023 

 

Accompagnement

  • Participation au financement des projets et à la gouvernance de la société de projet
    Engagement dès l’émergence du projet et pendant toute la durée de vie du parc
  • Désignation d’un·e représentant·e pour participer activement à la vie de la société
  • Apport d’une expertise technique
    Faciliter le développement des projets et la montée en compétence du collectif
  • Facilitation du lien avec les acteurs publics du territoire
  • Partage de l’expérience acquise par sa contribution à d’autres collectifs citoyens
    Facilitation des échanges entre les collectifs

Par ailleurs, Energ’iV s’engage à ne pas entrer en concurrence avec les projets ciblés pas les sociétés citoyennes. Le cas échéant, elle propose des sites ou des projets susceptibles de répondre aux objectifs de la société.

 

Zoom sur le projet éolien de Lanrigan

 

Localisation de Lanrigan

Contexte

Commune de 150 habitant·es, Lanrigan avait approuvé le développement d’un projet éolien et s’est ainsi entourée d’Energ’iV, ainsi que des coopératives Enercoop Bretagne et Énergie Partagée afin de porter son projet citoyen. Vensolair a rejoint la société de projet en tant que partenaire technique. La coopérative des Survoltés apporte l’exigence citoyenne à la gouvernance de la structure. 

 

Accompagnement d’Energ’iV

  • Soutien technique et juridique à travers la gestion administrative et financière du projet éolien citoyen de Lanrigan
  • Pilotage de la concertation et de la mobilisation citoyenne
    Aux cotés des partenaires, Énerg’iV définit les bons outils à mettre en place dans la concertation, pour répondre aux inquiétudes et favoriser l’appropriation collective du projet. 

 

Energ’iV assure la gestion administrative et financière de « Lanrigan dans l’vent » et pilote la concertation autour du projet. Cette concertation, nous l’avons collectivement voulue ambitieuse : jury citoyen, ateliers participatifs, évènements festifs, porte-à-porte… Les outils que nous mettons en place permettent à chaque habitant·e de comprendre le déroulement du projet, d’obtenir des réponses et de s’impliquer dans la gouvernance et le financement du projet.

Antoine Thérain, chargé de concertation chez Énerg’iV

 

Découvrir Energ’iV

 

CVOC, sa création et son impact territorial

Ouest Cornouaille

Patrice Mantz, Vice-président des Centrales Villageoises de l’Ouest Cornouaille (CVOC), revient sur la création de la société et son impact territorial.

Créée en octobre 2019, CVOC est une société de production d’électricité à gouvernance citoyenne, dont le fonctionnement se base sur le modèle commun des Centrales Villageoises. Elle est principalement active sur 4 territoires : Douarnenez, Cap Sizun, Haut Pays Bigouden et Pays Bigouden Sud, ainsi que quelques communes limitrophes. Patrice Mantz est le Vice-président de CVOC depuis sa création.

 

D’où est née la création de CVOC ?

CVOC ambitionne de participer à la lutte contre le changement climatique, en œuvrant pour la transition énergétique de l’Ouest Cornouaille, notamment par le renforcement de l’autonomie électrique du territoire. La création de CVOC tient à l’action de plusieurs citoyen·nes, qui ont décidé de se regrouper pour identifier des sites propices à l’installation de projets de production d’énergies renouvelables, les financer, suivre leur construction puis leur exploitation. L’idée était également de pousser les habitant·es à agir concrètement en faveur des EnR : donner l’exemple vaut souvent mieux qu’un long discours !

 

Quelles sont les actions concrètes de CVOC ?

Guidée par le soutien et l’expérience de l’association nationale des Centrales Villageoises et du réseau Taranis, CVOC s’est orientée vers des projets solaires photovoltaïques, que nous avons jugé moins coûteux et rapidement opérationnels. Depuis octobre 2019, nous agissons dans les territoires en organisant des réunions publiques de sensibilisation, en repérant des sites d’installation, mais aussi en nous rapprochant de bureaux d’études et d’installateurs locaux ou régionaux.

Début 2022, la mise en service de nos 2 premières installations solaires a déjà permis l’injection de plus de 300 mégawattheures dans le réseau électrique ! Les 2 prochaines installations les rejoindront bientôt.

 

Quel est l’impact local de CVOC ?

Nos projets entraînent de nombreuses retombées positives. Ils réduisent d’abord la dépendance énergétique du territoire puis permettent la mobilisation de ressources économiques locales : bureaux d’études, installateurs, mainteneurs. Ils participent ainsi au maintien ou à la création d’emplois locaux. Ensuite, chaque projet d’EnR crée les conditions d’un travail en co-construction qui allie citoyen·nes, acteurs locaux de l’énergie et élu·es des collectivités concernées, pour un projet commun de développement de notre territoire.

 

L’autoconsommation au cœur de la table-ronde des AG d’Enercoop Bretagne et d’Ecoop

Table-ronde taranis durant l'AG d'Ecoop et d'Enercoop Bretagne

Les ateliers des Capucins de Brest accueillaient samedi 20 avril 2024 les Assemblées Générales conjointes d’Ecoop et d’Enercoop Bretagne. Le réseau Taranis y animait une table-ronde dédiée à l’autoconsommation d’énergie renouvelable. 

 

Animée par Thomas Patenotte du réseau Taranis et avec plusieurs intervenant·es, la table-ronde s’est divisée en 3 temps, tous orientés vers l’autoconsommation d’énergie renouvelable, qu’elle soit individuelle ou collective.

 

Les kits Plug and Play

Michel Ollivier de Solarcoop et Michel Janssens de CIREN ont proposé un focus sur l’autoconsommation individuelle, notamment grâce aux opérations de groupement d’achat de kits Plug and Play. CIREN a la particularité de proposer un atelier collectif de construction du câblage du kit, dans le but d’assurer une utilisation optimale du matériel. De son côté, Michel Ollivier a souligné l’avantage pour les collectifs citoyens de collaborer avec Solarcoop : 

  1. Rabais sur les frais de port, permettant aux collectifs de tirer une petite marge financière de ces ateliers 
  2. Formation gratuite du référent du collectif pour animer un atelier au public lors de la réception des kits 

 

Lutte contre la précarité énergétique : les AMEP

Une AMEP, dont le concept a été présenté par Alain Caldéroni d’Ecoop, est une communauté énergétique qui réunit des petits producteurs d’électricité verte et des consommateurs d’électricité. L’objectif est de partager gratuitement à ses voisin·es son surplus d’énergie renouvelable. Les AMEP sont animées par les 4 valeurs clés LEGS :

  • lien social ;
  • éducation à l’énergie et la sobriété ;
  • gratuité ;
  • solidarité.

Une AMEP réalise une boucle d’autoconsommation collective, tout en s’avérant plus simple à mettre en place et à gérer car ne générant aucune facturation

 

L’autoconsommation collective

Audrey Marion d’Ékoumène et Michel Janssens de CIREN ont terminé la table-ronde en valorisant leur expérience en matière d’autoconsommation collective :

  • La Cantine Électrique est une coopérative de production électrique, basée dans le quartier des Quatre Moulins à Brest (29). Le projet est porté par l’association Ékoumène, déjà à l’origine d’un habitat partagé.
  • CIREN a mis en service deux boucles d’ACC dans le quartier Sud Gare à Rennes (35), pour une puissance totale de 372 kwc. 

Retour sur la form’action « Maîtrise du foncier public »

La form'action sur le foncier public du réseau Taranis

Le 16 avril dernier, une form’action Taranis proposait un panorama général des procédures de mise à disposition du foncier public, dans le cadre de projets d’EnR. Formation complète, participant·es satisfait·es et prêt·es à porteurs leurs projets : objectif rempli !

 

Une form’action menée par Énergie Partagée

« Les collectivités peuvent être propriétaires de foncier susceptible d’accueillir des installations de production d’énergies renouvelables. Cependant, quelles règles suivre si ce foncier relève du domaine public ou privé ? Passer par un Appel à la Manifestation d’Intérêt (AMI) est-il toujours incontournable (à moins d’avoir un contrôle étroit de la société) ? La définition des critères de sélection du porteur de porteur est stratégique pour préserver les intérêts de la collectivité et du territoire, mais lesquels mettre en avant, au delà des critères classiques du loyer ou des références techniques ? »

 Voilà quelques questions abordées par Arno Foulon, formateur d’Énergie Partagée, qui a démarré la journée par les aspects juridiques de l’AMI. L’après-midi a été consacrée à sa mise en pratique, grâce à des serious games et études de cas. 

 

Le calendrier des prochaines form’actions

  • Autoconsommation collective, le vendredi 3 mai 2024 à Quimper (form’action animée par Centrales Villageoises).
  • Éolien : les clés d’un projet profitable au territoire, le jeudi 16 mai 2024 à Rennes
  • Concertation avec le territoire : outils et méthodes pour les porteurs de projets, le jeudi 3 octobre à Rennes (inscription à venir)
  • Comprendre les mécanismes de financement des projets d’EnR de territoire, le mardi 15 octobre à Rennes (inscription à venir)
  • Comprendre les projets citoyens de méthanisation, le mardi 26 novembre, à Rennes (inscription à venir)

 

Les form’actions sont des temps d’apprentissage organisés par le réseau Taranis, en propre ou avec le soutien de partenaires. Que vous soyez bénévole ou salarié·e d’une société citoyenne, partenaires du réseau ou membre d’une collectivité (agent·es, élu·es), les form’actions vous permettront d’acquérir les clés du développement de projets citoyens d’énergie renouvelable en Bretagne. Un P’tit webi de 30 minutes est organisé quelques semaines avant chaque form’action, pour vous permettre de mieux comprendre les enjeux et les sujets abordés et pouvoir ainsi vous positionner.

Retour sur la Form’action « Photovoltaïque au sol : les clés d’un projet profitable au territoire »

La form'action sur le PV sol du réseau Taranis

Le 9 avril dernier, Taranis organisait à Carhaix sa première form’action de l’année sur le photovoltaïque au sol.

Carton plein pour cette première édition, qui a réunit 20 participant·es, qu’elles ou qu’ils soient bénévoles de sociétés citoyennes, relais locaux Taranis, élu·es et agent·es techniques de collectivités bretonnes. Animée par Pierre Jourdain d’Énergies Ouvertes, l’objectif de ce rendez-vous était de comprendre les enjeux majeurs du développement du photovoltaïque au sol et le rôle des différents acteurs locaux à chaque étape. Au programme :

  • Les grandes étapes du développement photovoltaïque et les enjeux associés
  • Les bénéfices d’un portage territorial multi-acteurs et citoyen
  • Découverte des différents positionnements que peuvent prendre les collectivités, habitant·es et acteurs locaux
  • Initiation aux outils du co-développement et du partage des rôles et de la valeur économique d’un projet photovoltaïque au sol

 

Le calendrier des prochaines form’actions

  • Autoconsommation collective, le vendredi 3 mai 2024 à Quimper (form’action animée par Centrales Villageoises).
  • Éolien : les clés d’un projet profitable au territoire, le jeudi 16 mai 2024 à Rennes
  • Concertation avec le territoire : outils et méthodes pour les porteurs de projets, le jeudi 3 octobre à Rennes (inscription à venir)
  • Comprendre les mécanismes de financement des projets d’EnR de territoire, le mardi 15 octobre à Rennes (inscription à venir)
  • Comprendre les projets citoyens de méthanisation, le mardi 26 novembre, à Rennes (inscription à venir)

 

Les form’actions sont des temps d’apprentissage organisés par le réseau Taranis, en propre ou avec le soutien de partenaires. Que vous soyez bénévole ou salarié·e d’une société citoyenne, partenaires du réseau ou membre d’une collectivité (agent·es, élu·es), les form’actions vous permettront d’acquérir les clés du développement de projets citoyens d’énergie renouvelable en Bretagne. Un P’tit webi de 30 minutes est organisé quelques semaines avant chaque form’action, pour vous permettre de mieux comprendre les enjeux et les sujets abordés et pouvoir ainsi vous positionner.

 

Interview : Michel Monfort et ses multiples casquettes citoyennes

Michel Monfort

En Bretagne, le mouvement de l’énergie citoyenne est essentiellement porté par des bénévoles qui s’engagent pour une production locale et durable. Découvrez ces citoyen·nes qui mettent leur temps au service de la transition énergétique ! Depuis plus de 10 ans, Michel Monfort s’engage quotidiennement pour développer l’énergie citoyenne en Bretagne, particulièrement dans les Côtes d’Armor, via l’association Trégor Énerg’éthiques, la société citoyenne Kerwatt et la coopérative Enercoop.

 

Taranis : Quel parcours t’a mené au mouvement breton de l’énergie citoyenne ?

Michel Monfort : Technicien de formation, j’ai toujours cumulé de multiples casquettes en tant que bénévole dans différentes associations sportives. Cet engagement est essentiel et je l’ai bien-sûr poursuivi une fois à la retraite.

L’amélioration de l’habitat, de ses performances et de son impact environnemental ont toujours été au cœur de mes préoccupations. Je m’étais d’abord intéressé aux techniques d’isolation, volet sur lequel Olivier Sidler de NegaWatt m’avait d’ailleurs apporté son expertise lors d’une formation dédiée. Je suis devenu membre d’Enercoop, et j’ai découvert à cette occasion le réseau Taranis.

Après la rénovation thermique et patrimoniale d’une maison, j’ai intégré le conseil de développement de mon territoire, où j’ai rencontré Jean Rouxel qui est aujourd’hui également membre de Kerwatt. Si nos ambitions au sein de ce conseil inter-communal n’ont pas réussi à passer le stade du projet, nous avons tous les deux été accompagnés en parallèle par le réseau Taranis pour créer en 2019 notre association citoyenne locale, Trégor Énerg’éthiques. Très rapidement, nous avons choisi de nous associer à 3 structures citoyennes aux statuts de coopérative (Dol Watt, Étoile Solaire et E-Kêr) pour créer Kerwatt, société régionale mutualisée et citoyenne.

 

Quel est ton rôle au sein de Trégor Énerg’éthiques et Kerwatt ?

 

Michel Monfort s'engage chez Karwatt et Trégor Énerg'éthiques

 

Trégor Énerg’éthiques est une association de 70 membres, suivie par plus de 350 personnes. Si la structure est maintenant bien stabilisée, son lancement n’a pas été simple : contour de l’engagement à définir, vulgarisation de sujets complexes comme le photovoltaïque, peu de parité femmes/hommes, etc. À la suite de la fiscalisation de l’association, Jean Rouxel et moi-même ne sommes plus dans le bureau. Ses statuts ont été modifiés pour se concentrer sur la sobriété et l’efficacité énergétique, ainsi que sur la sensibilisation (citoyen·nes, collectivités, entreprises).

En tant que membre du comité de gestion de Kerwatt, j’ai plusieurs rôles très différents : expert technique, chargé de l’actionnariat ou encore coordinateur de la communication. Depuis peu, je dédie également une partie de mon engagement à l’aspect prospective, notamment sur le sujet de l’autoconsommation individuelle et collective d’énergie renouvelable.

« J’aimerais orienter les projets menés vers plus d’ambition, en termes de taille mais également d’engagement citoyen. »

Les statuts de Kerwatt prévoient l’intégration de nouveaux collectifs, qui permettront d’élargir encore davantage notre structure. Ces nouveaux membres devront être accompagnés et formés pour permettre leur montée en compétences. Nous attendons en retour un engagement des bénévoles dans nos commissions et comités de gestion.

 

Que t’apporte ton engagement ?

La principale composante est sans aucun doute la dimension humaine ! Ce bénévolat me permet de rencontrer des personnes issues d’horizon très différents et venant de l’ensemble du territoire breton, voire des Pays de Loire. Les valeurs que nous partageons permettent des échanges vraiment enrichissants.

« J’ai la conviction que cette dimension de partage et de co-construction inhérente aux projets citoyens est essentielle, dans une société qui doit nécessairement évoluer pour répondre aux enjeux de la transition. »

 

Quelle réalisation te rend particulièrement fier ?

Je garde un très bon souvenir de la collaboration entre Tinatur et Kerwatt. C’est par l’intermédiaire d’Enercoop que le gérant de cette entreprise spécialisée dans la vente de matériaux bio-sourcés a sollicité notre structure. S’il hésitait encore entre végétalisation et énergie renouvelable pour son nouveau bâtiment, notre accompagnement lui a permis de se positionner sur l’installation d’une centrale photovoltaïque.

Taranis-Kerwatt-Tinature
© Ouest-France

Nous avons travaillé conjointement avec le cabinet d’architecture du futur bâtiment, intégré les pré-requis à l’installation de la centrale, prévu les raccordements internes et externes, tout ceci en un temps record ! Le bilan de cette installation est conforme à nos attentes, sur un territoire qui de plus n’est le nôtre.

 

Merci à Michel Monfort de s’être prêté au jeu de l’interview, et d’avoir partagé son expérience de bénévole au sein du mouvement breton de l’énergie citoyenne !